Révision par les pairs

Examens diagnostiques des troubles vestibulaires

Article Summary

Les organes vestibulaires de l’oreille interne, les nerfs et les centres cérébraux associés forment un système complexe qui remplit de nombreuses fonctions et peut être affecté par un certain nombre de facteurs extérieurs. Une évaluation approfondie de l’oreille interne peut donc nécessiter plusieurs types de tests différents.

COMMENT LES TROUBLES VESTIBULAIRES SONT-ILS DIAGNOSTIQUÉS ?

Le diagnostic des troubles vestibulaires est difficile, pour de nombreuses raisons.

Les organes vestibulaires de l’oreille interne, les nerfs et les centres cérébraux associés forment un système complexe qui remplit de nombreuses fonctions et peut être affecté par un certain nombre de facteurs extérieurs. Une évaluation approfondie de l’oreille interne peut donc nécessiter plusieurs types de tests différents. Les médecins se basent sur les antécédents médicaux de la personne et sur les résultats de l’examen physique pour prescrire des examens diagnostiques afin d’évaluer le fonctionnement du système vestibulaire et d’exclure d’autres causes des symptômes.  La plupart des gens tolèrent bien ces tests. Cependant, certains tests sont parfois fatigants et peuvent entraîner une instabilité temporaire.   

Test De Dysfonctionnement Vestibulaire

Les systèmes vestibulaire et visuel sont reliés entre eux et aux muscles des yeux et du cou qui contribuent à maintenir un bon équilibre. Les mouvements de la tête ou toute autre stimulation de l’oreille interne envoient des signaux par le biais du système nerveux pour contrôler les mouvements des muscles oculaires. Cela forme une voie réflexe appelée réflexe vestibulo-oculaire ou VOR. Ce système est conçu pour générer des mouvements oculaires qui maintiennent une vision claire lorsque la tête est en mouvement. De nombreux tests vestibulaires utilisent un équipement permettant de surveiller les mouvements normaux et anormaux des yeux lorsque le système vestibulaire est stimulé. 

ÉLECTRO/VIDÉO-NYSTAGMOGRAPHIE (ENG OU VNG)

L’électronystagmographie (ENG) fait référence à un groupe de tests ou à une batterie de tests, et utilise de petites électrodes placées sur la peau autour des yeux pendant le test. La vidéonystagmographie (VNG) fait référence à la même batterie de tests réalisée à l’aide de lunettes munies de caméras vidéo infrarouge pour surveiller les yeux. Les caméras vidéo infrarouge et les électrodes peuvent mesurer les mouvements oculaires pour évaluer les signes de dysfonctionnement vestibulaire ou de problèmes neurologiques. En général, ces tests sont effectués dans une pièce sombre ou faiblement éclairée. L’examinateur pose des questions aléatoires destinées à détourner l’attention de la personne testée et à la maintenir en éveil. Les tests ENG/VNG sont la série de tests la plus courante administrée aux personnes souffrant d’étourdissements, de vertiges et/ou de déséquilibre.

Certaines parties de la batterie de tests ENG/VNG évaluent le mouvement des yeux lorsqu’ils suivent différentes cibles visuelles. D’autres parties du test ENG/VNG observent les mouvements des yeux lorsque la tête est placée dans différentes positions. Une troisième composante du test ENG/VNG est le test calorique calibrée, qui utilise les changements de température autour de 37°C dans le conduit auditif pour stimuler, via la convection thermique, une partie du système vestibulaire. De l’air ou de l’eau peuvent être utilisés pour moduler la température du conduit auditif, qui peut être plus chaude ou plus froide que la température du corps. Ce test doit provoquer des mouvements oculaires saccadés (nystagmus) pendant une courte période et entraîner de façon passagère de légers vertiges.

TESTS DE ROTATION OU TEST ROTATOIRE

Les tests de rotation sont un autre moyen d’évaluer le fonctionnement des yeux et de l’oreille interne. Ces tests utilisent également des lunettes vidéo ou des électrodes pour surveiller les mouvements oculaires. La tête est tournée d’un côté à l’autre à des vitesses modérées ou lentes, et les mouvements oculaires associés sont analysés. Comme le test ENG/VNG, les tests de rotation sont réalisés dans une pièce sombre, l’examinateur posant des questions aléatoires pendant le test. Les tests de rotation fournissent des informations au-delà de l’ENG/ VNG sur le bon fonctionnement des organes de l’équilibre. Les tests de rotation ne sont pas nécessaires pour toutes les personnes en phase de diagnostic.       

Il existe différents types de tests de rotation : rotation de la tête, fauteuil rotatif informatisé ou test de dépistage. Dans le cas de la rotation de la tête, on demande à la personne testée de regarder une cible fixe et de bouger sa tête d’avant en arrière ou de haut en bas pendant de courtes périodes. Lors des tests sur chaise rotative informatisée, le patient est assis sur une chaise motorisée qui pivote d’un côté à l’autre à une vitesse contrôlée. Les dépistages peuvent être effectués par l’examinateur qui observe les yeux tout en faisant tourner le sujet d’un côté à l’autre sur une chaise rotative.

TEST VIDÉO D’IMPULSION DE LA TÊTE (VHIT)

Le VHIT évalue également le bon fonctionnement des yeux et de l’oreille interne. Un petit ensemble de lunettes muni d’une caméra est utilisé pour surveiller les mouvements des yeux. Le VHIT est similaire au test de rotation, où la tête est déplacée pour évaluer le réflexe vestibulo-oculaire. Toutefois, le test VHIT utilise des mouvements très petits et rapides de la tête pour évaluer la fonction du réflexe, par opposition aux vitesses lentes ou modérées utilisées dans le test de rotation. Toutes les personnes en phase de diagnostic n’auront pas besoin de tests VHIT.      

POTENTIEL ‘MYOGÉNIQUE’ ÉVOQUÉ VESTIBULAIRE (VEMP)

Le test VEMP est utilisé pour évaluer si certains organes vestibulaires et les nerfs associés sont intacts et fonctionnent normalement. Les réponses à ce test sont mesurées à partir de différents muscles du cou et autour des yeux. Le test VEMP utilise des électrodes adhésives à la surface de la peau (comme le test ENG ou certains tests rotatoires) et des écouteurs (comme ceux utilisés lors d’un test auditif). Un son est diffusé pendant quelques secondes dans les écouteurs, les organes vestibulaires sont stimulés et activent des réponses musculaires, et les électrodes enregistrent les résultats.   

POSTUROGRAPHIE DYNAMIQUE INFORMATISÉE (CDP)

La CDP teste la stabilité posturale ou la capacité à maintenir une posture droite dans différentes conditions environnementales. Le maintien de la stabilité posturale dépend d’informations sensorielles provenant des muscles et articulations du corps, des yeux et de l’oreille interne. Ce test étudie les relations entre ces trois systèmes sensoriels et enregistre les ajustements d’équilibre et de posture effectués lorsque différents défis sont présentés. Ce test peut également être utilisé dans le cadre d’une rééducation après qu’un diagnostic ait été établi. Il n’est pas effectué sur toutes les personnes en phase de diagnostic.        

Les tests CDP consistent à se tenir debout sur une plate-forme. La plate-forme peut être immobile ou dynamique, ou une cible visuelle peut être immobile ou dynamique pendant le test. Des manomètres placés sous la plate-forme enregistrent les variations du poids du corps (balancement du corps) lorsque la personne testée maintient son équilibre dans différentes conditions. Un harnais de sécurité peut être porté par précaution, au cas où le patient perdrait l’équilibre.  

Audiométrie (Tests Auditifs)

L’audiométrie mesure la fonction auditive. Les évaluations auditives sont une partie importante du diagnostic vestibulaire, car l’oreille interne contient à la fois les organes de l’audition et de l’équilibre. Plus d’un test auditif peut être nécessaire lorsqu’une personne souffre d’un trouble vestibulaire, notamment lorsqu’il existe des signes de perte auditive, une sensation de plénitude dans les oreilles ou des acouphènes (bourdonnement ou bruit dans les oreilles).

La batterie de tests audiométriques est réalisée dans une pièce insonorisée. Des écouteurs sont utilisés pour présenter des mots et des sons à des hauteurs et des niveaux différents. Une réponse est demandée lorsque ces sons sont entendus. Le test avec des mots peut consister à répéter des mots dans une pièce calme ou lorsqu’il y a du bruit.

Une autre partie d’un test auditif standard est la tympanométrie, qui peut aider à détecter des problèmes entre le tympan et l’oreille interne. La tympanométrie utilise un petit écouteur qui crée une pression et émet un son dans le conduit auditif pour recueillir des informations. Le même équipement peut également être utilisé pour le test du réflexe acoustique, qui mesure le réflexe des muscles de l’oreille moyenne en réponse à une pression et à un son fort.  

LES ÉMISSIONS OTOACOUSTIQUES (OAE)

Le test OAE fournit des informations sur le fonctionnement des cellules ciliées de la cochlée en mesurant la réactivité des cellules ciliées à une série de clics produits par un minuscule haut-parleur inséré dans le conduit auditif. Le plus souvent, ce test est utilisé pour évaluer l’audition des personnes qui ne sont pas en mesure de répondre à un test auditif traditionnel (comme les nourrissons).   

ÉLECTROCOCHLÉOGRAPHIE (ECOG)

L’ECoG mesure la réponse au son du système nerveux.  Il utilise un écouteur et des électrodes pendant que la personne testée est allongée dans une position confortable. Toutes les personnes en phase de diagnostic n’auront pas besoin de tests ECoG.       

Un écouteur diffuse un son dans l’oreille et une électrode mesure une réponse. Différentes électrodes peuvent être utilisées pour ce test. Certaines peuvent être des électrodes adhésives, appliquées sur la peau. D’autres peuvent s’insérer dans le conduit auditif comme un écouteur, tandis qu’un troisième type d’électrode est conçu pour reposer délicatement sur le tympan ou le toucher. Un quatrième type d’électrode est une aiguille qui est placée à travers le tympan pour toucher l’oreille interne. La plupart des cliniques utilisent les trois premiers types d’électrodes pour mesurer un signal électrique pendant la diffusion d’un son.  

TEST DE RÉPONSE AUDITIVE DU TRONC CÉRÉBRAL (ABR ; OU BER, BSER, OU BAER)

Le test ABR mesure la façon dont le système nerveux réagit au son. La configuration et la procédure du test sont similaires à celles de l’ECoG. Le plus souvent, le test ABR est utilisé pour tester l’audition des personnes qui sont incapables de répondre à l’audiométrie (comme les nourrissons). Ce test est parfois utilisé lorsqu’une personne ne peut pas subir d’imagerie (par exemple, les personnes ayant une plaque métallique dans le corps/cerveau).

Dans certaines circonstances, ce test peut indiquer la présence d’un neurinome acoustique (une tumeur rare et bénigne du nerf vestibulo-cochléaire). Il peut également aider à identifier des affections telles que la sclérose en plaques si elles ont affecté la voie auditive du cerveau.  

Imagerie

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (IRM)

L’IRM utilise un champ magnétique et des ondes radio pour produire des images en coupe des tissus corporels examinés. Une IRM du cerveau peut révéler la présence de tumeurs, de lésions dues à un accident vasculaire cérébral et d’autres anomalies des tissus mous susceptibles de provoquer des étourdissements ou des vertiges. Les IRM des structures dans et autour de l’oreille interne peuvent être utiles pour le diagnostic de certains troubles vestibulaires.      

TOMOGRAPHIE AXIALE INFORMATISÉE (CAT, OU CT)

La tomographie axiale informatisée est une technique de radiographie qui convient le mieux à l’étude des structures osseuses. L’oreille interne se trouve à l’intérieur de l’os temporal du crâne, de chaque côté. Ces scanners sont souvent utilisés pour rechercher des anomalies autour de l’oreille interne, comme des fractures ou des zones où l’os est aminci.   

Autres Tests

En fonction de votre situation, d’autres examens peuvent être nécessaires pour découvrir la cause d’un trouble de l’équilibre. Des analyses de sang, des tests d’allergie, des tests de vision et d’autres examens peuvent aider à écarter les causes de déséquilibre qui ne sont pas liées au système vestibulaire.

Qui Effectue Les Tests Vestibulaires ?

En général, votre médecin traitant, votre ORL ou votre neurologue vous adressera à un audiologiste pour des tests d’audition ou d’équilibre, à un kinésithérapeute pour des tests de marche ou d’équilibre, ou à un radiologue pour des tests d’imagerie. Ces spécialistes renverront les résultats de vos tests à votre médecin avec une analyse, et votre médecin vous les expliquera.

Par la Vestibular Disorders Association avec Kelsey Hatton, Au.D., CCC-A

©2015 Vestibular Disorders Association

Les publications de la VeDA sont protégées par des droits d’auteur. Pour plus d’informations, consultez notre guide des autorisations sur vestibular.org. Ce document n’est pas destiné à remplacer les soins de santé professionnels.



View References
1

Campbell K. Essential Audiology for Physicians. San Diego: Singular Publishing Group; 1997.

2

Jacobson GP, Newman CW, Kartush JM. Handbook of Balance Function Testing. San Diego: Singular Publishing Group; 1993.

3

Jacobson GP, Shepard NT. Balance Function Assessment and Management. San Diego: Plural Publishing Inc; 2008. Second edition; 2014.

4

MacDougall HG, Weber KP, McGarvie LA, Halmagyi GM, Curthoys IS. The video head impulse test: diagnostic accuracy in peripheral vestibulopathy. Neurology 73 (14): 1134-1141. 2009.

5

McCaslin DL. Electronystagmography/Videonystagmography (ENG/VNG). San Diego: Plural Publishing Inc; 2012.

6

Van den Hauwe L et al. Imaging in Patients with Vertigo. JBR-BTR. 1999;82:241–244.

7

Shepard NT, Telian SA. Practical Management of the Balance Disorder Patient. San Diego: Singular Publishing Group; 1996.