Révision par les pairs

Partie II : Troubles vestibulaires pédiatriques

Article Summary

Il est important pour les professionnels de la santé pédiatrique de reconnaître les signes et les symptômes de la dysfonction vestibulaire et de procéder à un dépistage en conséquence. 

Évaluation vestibulaire chez l’enfant

Des études récentes montrent que 5,3 % des enfants américains âgés de 3 à 17 ans se plaignent de vertiges. Parmi eux, seuls 29,9 % reçoivent un traitement.1

Les déficiences vestibulaires comprennent un ou plusieurs des symptômes suivants :

  • vertiges
  • mauvais équilibre
  • retard dans le développement moteur
  • difficulté de la stabilité de la vision

Ces troubles peuvent affecter la participation d’un enfant aux activités sportives et scolaires.2-5

  • Les diagnostics courants connus pour être liés à un dysfonctionnement vestibulaire sont les suivant
  • la perte auditive neurosensorielle sévère à profonde
  • migraine pédiatrique
  • otite moyenne chronique (infection de l’oreille)
  • cytomégalovirus congénital
  • la méningite
  • syndrome d’élargissement de l’aqueduc vestibulaire.6-8

En outre, une lésion cérébrale traumatique, même légère (par exemple, une commotion cérébrale), peut affecter les voies vestibulaires centrales, vestibulaires périphériques et visuelles et provoquer des symptômes.9 La thérapie vestibulaire et de l’équilibre s’est avérée efficace pour améliorer le retard de développement10 et l’instabilité de la vision.11 Il est important que les professionnels de la santé pédiatrique reconnaissent les signes et les symptômes de la dysfonction vestibulaire et qu’ils procèdent à un dépistage en conséquence afin d’entreprendre des interventions.

Questionnaires

Les enfants atteints de troubles vestibulaires présentent des plaintes subjectives variables, en fonction de la partie du système qui est endommagée. C’est pourquoi il est important que le clinicien procède à une anamnèse approfondie afin d’inclure l’apparition, le moment et la gravité des symptômes, ainsi que les principales étapes du développement (par exemple, l’âge auquel l’enfant s’assoit, marche et fait du vélo de façon indépendante). Le clinicien doit également s’enquérir des résultats scolaires de l’enfant, car une mauvaise stabilité visuelle est associée à des déficits de lecture.12

Les enfants nés avec une hypofonction vestibulaire périphérique bilatérale ou unilatérale présentent un retard de développement moteur (par exemple, une marche indépendante après l’âge de 15 mois), un mauvais équilibre dans des situations difficiles (par exemple, dans l’obscurité sur des surfaces inégales) et une instabilité visuelle qui peut ne pas être appréciée puisque l’enfant n’a jamais eu un système de stabilisation du regard fonctionnant normalement.10,13-16 Cependant, les enfants souffrant de migraine ou de VPB peuvent se plaindre de vertiges épisodiques et de sensations de déséquilibre.6

Les cliniciens peuvent quantifier la gravité et l’impact des déficiences vestibulaires à l’aide du Dizziness Handicap Inventory for parents and caregivers (DHI-pc).17

Le Canadian Occupational Performance Measure (COPM) peut être utilisé avec les enfants et leurs parents pour déterminer l’ampleur de la performance perçue et de la satisfaction par rapport aux problèmes identifiés.18

La Convergence Insufficiency Symptom Scale (CISS) est un questionnaire sensible aux déficiences visuelles souvent rencontrées par les athlètes ayant subi une commotion cérébrale.19

L’échelle de symptômes du Sport Concussion Assessment Tool, 3rd Edition (SCAT-III) est également utile pour discerner l’impact des symptômes d’une commotion cérébrale chez les enfants âgés de 5 ans et plus.20

Des Examens De Dépistage Clinique Fiables Et Valides

Vision

Le clinicien doit rapidement dépister les problèmes de vision, car ils peuvent contribuer aux symptômes d’étourdissement et aux difficultés de lecture. Les tests de dépistage suivants peuvent être réalisés en 5 à 10 minutes :

  1. Poursuite fluide : l’enfant suit des yeux un petit jouet qu’il déplace lentement vers la droite, la gauche, le haut et le bas.
  2. Saccades : l’enfant regarde rapidement d’une cible à l’autre, et le clinicien surveille la rapidité et la précision des yeux.
  3. Alignement : l’enfant regarde droit devant lui pendant que le clinicien effectue le test de couverture/croisement pour déterminer la présence d’une déviation oblique.
  4. Convergence : l’enfant suit une cible qui est déplacée lentement vers l’arête du nez. Les yeux doivent converger à au moins 6 cm.
  5. Acuité visuelle : utiliser un tableau des symboles LEA ou imprimer un tableau à partir de i-see.org. Si les résultats obtenus sont anormaux, le clinicien doit orienter l’enfant vers le professionnel approprié (par exemple, un optométriste pédiatrique ou un neurologue) en fonction de la nature des résultats anormaux.

Hypofonctionnement vestibulaire

Le clinicien peut rapidement dépister un dysfonctionnement vestibulaire en effectuant les tests suivants :3

  1. Test d’impulsion de la tête (HIT) : l’enfant maintient son attention sur le nez de l’examinateur lorsque celui-ci déplace rapidement la tête vers la droite ou la gauche avec une courte amplitude. L’incapacité de garder les yeux fixés sur le nez indique un mauvais fonctionnement du réflexe vestibulaire-oculaire (VOR) de ce côté.
  2. Emory Clinical Vestibular Chair Test (ECVCT) : L’enfant s’assied sur une chaise de bureau rotative et ferme les yeux pendant que l’examinateur fait tourner la chaise vers la droite pendant 30 secondes à 0,5 Hz (c’est-à-dire un cycle par seconde en utilisant un métronome). L’examinateur arrête la chaise et met immédiatement les lunettes à l’enfant, puis chronomètre le nystagmus jusqu’à ce qu’il s’arrête. Après une minute, recommencez le test de l’autre côté et additionnez les secondes de droite et de gauche. Un score inférieur à 29,2 secondes (droite + gauche) était spécifique de l’hypofonctionnement chez les enfants âgés de 6 à 12 ans présentant une perte auditive neurosensorielle.
  3. Pour examiner l’utilisation fonctionnelle du réflexe vestibulaire oculaire (VOR), le clinicien peut effectuer le test clinique dynamique de l’acuité visuelle (DVA) en utilisant les symboles LEA ou les tableaux EDTRS.3,14 Une diminution de l’acuité visuelle entre la tête immobile et la tête en mouvement supérieure à 2 lignes est spécifique de l’hypofonctionnement et peut être réalisée chez des enfants âgés de 4 ans. La meilleure fiabilité a été obtenue avec 2 essais de DVA.
  4. Une déficience qui pourrait être appréciée par les enfants souffrant d’un dysfonctionnement vestibulaire central (p. ex. commotion cérébrale, paralysie cérébrale, myélodysplasie) est une mauvaise perception de la verticale (c.-à-d. la verticale visuelle subjective ou VVS). Le test du seau semble prometteur pour mesurer cette perception avec une bonne fiabilité test-re test (ICC=0,74), bien que la sensibilité et la spécificité n’aient pas été déterminées pour les enfants. Ce test nécessite un seau opaque sans coutures ni repères visuels, une ligne droite générée par ordinateur placée au fond du seau et un chercheur d’angle à l’extérieur du seau. L’examinateur tient le seau au-dessus du visage de l’enfant. L’enfant ferme les yeux et l’examinateur tourne le seau de façon à décentrer la ligne. L’examinateur tourne ensuite lentement le seau, et l’enfant dit “maintenant” lorsqu’il perçoit que la ligne est droite de haut en bas. Effectuez 5 essais de chaque côté. Les enfants âgés d’à peine 6 ans devraient se situer à moins de 2,5 degrés de la verticale vraie.

Équilibre

Un test clinique d’équilibre statique, spécifique pour les enfants présentant une hypofonction est le test clinique modifié d’interaction sensorielle sur l’équilibre (mCTSIB).3 On demande à l’enfant de rester immobile, les bras en travers de la poitrine et les pieds joints, dans quatre conditions :

  1. Les yeux ouverts sur une surface stable.
  2. Yeux fermés sur une surface stable.
  3. Yeux ouverts sur une surface souple (par ex. tapis en mousse).
  4. Yeux fermés sur une surface souple.

La moyenne de 3 essais (en secondes) pour chaque condition est additionnée pour obtenir un score total possible de 120. Un score inférieur à 111 secondes est spécifique de l’hypofonctionnement.

Le rapport vestibulaire du test d’organisation sensorielle (SOT, Natus Medical, Inc.) (c’est-à-dire le score de stabilité des yeux fermés en surface oscillante/le score de stabilité des yeux ouverts en surface stable) est spécifique de l’hypofonction vestibulaire (VH) en utilisant un score de coupure de 0,20.3 Les données normatives pédiatriques peuvent être obtenues auprès de Natus, Inc.

Si le temps est compté, les cliniciens peuvent chronométrer l’enfant en position sur une jambe, les mains sur les hanches, les yeux ouverts et fermés. Étant donné que l’écart-type des enfants au développement typique est important pour chaque groupe d’âge, les enfants devraient généralement être capables de se tenir sur un pied les yeux ouverts pendant 10 secondes à l’âge de 5 ans, 15 secondes à l’âge de 7 ans et 30 secondes à l’âge de 9 ans. Les enfants devraient être capables de se tenir sur un pied, les yeux fermés, pendant 5 secondes à l’âge de 7 ans, 15 secondes à l’âge de 9 ans et 30 secondes à l’âge de 11 ans.21

Développement moteur

Le développement moteur est retardé chez les enfants présentant une hypofonction vestibulaire périphérique. C’est pourquoi les cliniciens devraient faire passer un test standardisé du développement moteur, tel que le Bruininks-Oseretsky Test of Motor Proficiency (BOT-2) pour les enfants plus âgés ou le Peabody Developmental Motor Scales (PDMS-2) pour les enfants de moins de 6 ans22,23. Le BOT-2 comporte des sous-échelles (p. ex., équilibre, coordination bilatérale, force) qui peuvent être complétées sans avoir à effectuer la batterie complète de tests. Les cliniciens qui ne possèdent pas le BOT-2 ou le PDMS peuvent compléter l’évaluation fonctionnelle de la marche, en gardant à l’esprit qu’elle n’a été validée que chez les athlètes du secondaire et qu’elle a présenté un effet plafond dans ce groupe.24

Tests fonctionnels de diagnostic en laboratoire

Les tests de laboratoire de référence pour l’hypofonction vestibulaire restent le test calorique (pour une faiblesse unilatérale) et le test du fauteuil rotatif (pour une faiblesse bilatérale des canaux vestibulaires).

Bien que des données normatives soient publiées pour les enfants, chaque laboratoire recueille généralement ses propres données normatives. Les jeunes enfants peuvent effectuer les deux tests mais doivent être coopératifs. Par exemple, le test calorique exige que les enfants portent des lunettes de réalité augmentée, qu’ils soient dans l’obscurité et qu’ils permettent au clinicien d’introduire de l’eau chaude et froide ou de l’air dans le canal auditif. Le test du fauteuil rotatif exige que l’enfant soit assis tranquillement dans l’obscurité, avec des lunettes vidéo sur le visage et la tête attachée pendant que le fauteuil bouge et tourne. Les très jeunes enfants peuvent s’asseoir sur les genoux d’un parent ou de l’examinateur, et peuvent également utiliser des électrodes au lieu de lunettes, mais ils doivent être coopératifs.25

Un test prometteur pour étudier le VOR (réflexe vestibulo-oculaire) est le test vidéo à haute impulsion (vHIT), qui peut tester les canaux horizontaux, antérieurs et postérieurs.26 Des versions de ce test sont disponibles avec des lunettes ou en utilisant une caméra haute vitesse sans lunettes.

L’intégrité fonctionnelle de l’otolithe vestibulaire peut être complétée en utilisant le test myogénique évoqué vestibulaire cervical (cVEMP) pour le saccule et le VEMP oculaire (oVEMP) pour l’utricule. Ces tests peuvent être réalisés facilement avec de jeunes enfants.  Ce test nécessite des électrodes sur le cou (cVEMP) ou le visage (oVEMP) pendant que l’examinateur délivre un son à l’oreille ou une vibration à la mastoïde.27,28

Conclusion

En résumé, les cliniciens peuvent utiliser des tests de dépistage faciles et peu coûteux pour déterminer si un enfant doit être adressé à un oto-rhino-laryngologiste ou à un audiologiste pour des tests de laboratoire spécifiques afin de déterminer si l’enfant présente une hypofonction vestibulaire. Un dépistage précoce permettra d’identifier les déficiences liées au vestibule et d’intervenir rapidement afin d’enrayer les retards progressifs. Le prochain article présentera les interventions qui se sont avérées efficaces pour traiter l’instabilité du regard, les troubles moteurs et les troubles de l’équilibre chez les enfants atteints d’hypofonction vestibulaire.

Par Jennifer Braswell Christy, PT, PhD, Rose Marie Rine, PT, PhD

©2016 Vestibular Disorders Association

Les publications de la VeDA sont protégées par des droits d’auteur. Pour plus d’informations, consultez notre guide des autorisations sur vestibular.org. Ce document n’est pas destiné à remplacer les soins de santé professionnels.

View References
1

Li C, Hoffman H, Ward BK, Cohen HS, Rine RM. Epidemioilogy of dizziness and balance problems in the United States: A population-based study. The Journal of Pediatrics. 2016. 171:240-247.

2

Casselbrant ML, Villardo RJ, Mandel EM. Balance and otitis media with effusion. Int J Audiol. 2008. 47;9:584-589.

3

Christy JB, Payne J, Azuero A, Formby C. Reliability and diagnostic accuracy of clinical tests of vestibular function for children. Pediatric Physical Therapy. 2014. 26:180-190,

4

Janky KL, Givens D. Vestibular, visual acuity, and balance outcomes in children with cochlear implants: A preliminary report. Ear and Hearing. 2015. 36;6:364-372.

5

Rine RM, Dannenbaum E, Szabo J. Section on Pediatrics knowledge translation lecture: Pediatric Vestibular Related Impairments. Pediatr Phys Ther. 2016. 28:2-6.

6

Wiener-Vacher SR. Vestibular disorders in children. Internatinal Journal of Audiology. 2008. 47:578-583.

7

McCaslin DL, Jacobson G, Gruenwald JM. The predominant forms of vertigo in children and their associated findings on balance function testing. Otolayngology Clinics of North America. 2011. 44:291-307.

8

Yang CJ, Lavender V, Meinzen-Derr JK et al. Vestibular pathology in children with enlarged vestibular aqueduct. Laryngoscope. 2016. 

9

Alsalaheen BA, Mucha A, Morris LO et al. Vestibular rehabilitation for dizziness and balance disorders after concussion. Journal of Neurologic Physical Therapy. 2010. 34;2:87-93.

10

Rine RM, Braswell J, Fisher D, Joyce K, Kalar K, Shaffer M. Improvement of motor development and postural control following intervention in children with sensorineural hearing loss and vestibular impairment. Internat J Ped Otorhinolaryng. 2004. 68;9:1141-1148.

11

Braswell J, Rine RM. Preliminary evidence of improved gaze stability following exercise in two children with vestibular hypofunction. Inetrnational Journal of Pediatric Otorhinolaryngology. 2006. 70:1967-1973.

12

Braswell J, Rine RM. Evidence that vestibular hypofunction affects reading acuity in children. International Journal of Pediatric Otorhinolaryngology. 2006. 70:1957-1965.

13

Rine RM, Wiener-Vacher S. Evaluation and treatment of vestibular dysfunction in children. NeuroRehabilitation. 2013. 32;3:507-518.

14

Rine RM, Braswell J. A clinical test of dynamic visual acuity for children. Internat J Ped Otorhinolaryng. 2003. 69;11:1195-1201.

15

Rine RM, Lindebald S, onovan P, ergara K, ostin J, attson K. Balance and motor skills in young children with sensorineural hearing impairment: a preliminary study. Pediatric Physical Therapy. 1996. 8:55-61.

16

Rine RM. Growing evidence for balance and vestibular problems in children. Journal of Audiological Medicine. 2009. 7;3:138-142.

17

McCaslin DL, Jacobson GP, Lambert W, English L, Kemph A. The Development of the Vanderbilt Pediatric DIzziiness Handicap Inventory for Caregivers (DHI-PC). Internat J Ped Otorhinolaryng. 2015. 

18

Cusick A, Lannin NA, Lowe K. Adapting the Canadian Occupational Performance Measure for use in a paediatric clinical trial. Disabil Rehabil. 2007. 29;10:761-766.

19

Borsting EJ, Rouse MW, Mitchell GL et al. Validity and reliability of the revised convergence insufficiency symptom survey in children aged 9 to 18 years. Optom Vis Sci. 2003. 80;12:832-838.

20

Miller JH, Gill C, Kuhn EN et al. Predictors of delayed recovery following pediatric sports-related concussion: a case-control study. J Neurosurg Pediatr. 2016. 17;4:491-496.

21

Condon C, Cremin K. Static balance norms in children. Physiother Res Int. 2014. 19;1:1-7.

22

Bruininks RH, Bruininks BD. Bruininks-Oseretsky Test of Motor Proficiency 2.  2005. Minneapolis, Minn, Pearson, Inc. 

23

Folio MR and Fewell RR. Peabody Developmental Motor Scales-2. second edition ed. Austin: pro-ed, Inc., 2000.

24

Alsalaheen BA, Whitney SL, Marchetti GF et al. Performance of high school adolescents on functional gait and balance measures. Pediatr Phys Ther. 2014. 26;2:191-199.

25

Valente LM. Assessment techniques for vestibular evaluation in pediatric patients. Otolaryngol Clin North Am. 2011. 44;2:273-90, vii.

26

Magliulo G, Iannella G, Gagliardi S et al. Usher’s Syndrome: Evaluation of the Vestibular System with Cervical and Ocular Vestibular Evoked Myogenic Potentials and the Video Head Impulse Test. Otol Neurotol. 2015. 36;8:1421-1427.

27

Kelsch TA, Schaefer LA, Esquivel CR. Vestibular evoked myogenic potentials in young children: Test parameters and normative data. Laryngoscope. 2006. 116:895-900.

28

Young YH. Assessment of functional development of the otolithic system in growing children: a review. Int J Pediatr Otorhinolaryngol. 2015. 79;4:435-442.