Révision par les pairs

Thérapie de réadaptation vestibulaire (VRT)

Article Summary

La thérapie de réadaptation vestibulaire (VRT) est une forme de thérapie spécialisée destinée à atténuer les problèmes causés par les troubles vestibulaires, principalement les vertiges et les étourdissements, l’instabilité du regard, et/ou le déséquilibre et les chutes. Un plan d’exercice personnalisé est élaboré à partir des résultats de l’évaluation clinique, des tests de laboratoire et des études d’imagerie, ainsi que des commentaires des patients. Différents facteurs peuvent avoir un impact sur le potentiel de récupération, notamment le niveau d’activité, la douleur, d’autres conditions médicales, les médicaments et les troubles émotionnelles.

Il a été démontré que la rééducation vestibulaire peut être efficace pour améliorer les symptômes liés à de nombreux troubles vestibulaires (oreille interne). 1, 2  Les personnes atteintes de troubles vestibulaires souffrent souvent de vertiges, d’étourdissements, de troubles de la vue et/ou de déséquilibre. Ce sont ces problèmes que la rééducation vise à traiter.  D’autres problèmes peuvent également survenir, qui sont secondaires au trouble vestibulaire, comme des nausées et/ou des vomissements, une capacité réduite à se concentrer et la fatigue. 

Les symptômes dus aux troubles vestibulaires peuvent impacter la qualité de vie et avoir un impact sur tous les aspects de la vie, comme l’économique de la vie sociale, et peuvent générer des troubles émotionnels, comme l’anxiété et la dépression. En outre, l’une des conséquences d’un trouble vestibulaire est que les symptômes amènent souvent les personnes à adopter un mode de vie sédentaire afin d’éviter de provoquer ou d’aggraver les vertiges et le déséquilibre qui surviennent lors des mouvements. Par conséquent, cette restriction du mode de vie peut entraîner une diminution de la force et de la souplesse musculaires, une augmentation de la raideur articulaire et une réduction de l’endurance. Les stratégies de traitement utilisées en réadaptation peuvent également être bénéfiques pour ces problèmes secondaires.

Qu’est-ce que la rééducation vestibulaire ?

La rééducation vestibulaire (RV) est une forme spécialisée de thérapie destinée à atténuer les problèmes primaires et secondaires dus aux troubles vestibulaires. Il s’agit d’un programme d’exercices principalement conçu pour réduire les vertiges et les étourdissements, l’instabilité du regard et/ou le déséquilibre et le risque de chute, ainsi que pour traiter les déficiences secondaires qui sont une conséquence du trouble vestibulaire. 

Pour la plupart des personnes atteintes d’un trouble vestibulaire, le déficit reste permanent car le degré de restauration de la fonction vestibulaire est très faible. Toutefois, après une atteinte du système vestibulaire, les symptômes peuvent s’atténuer et la fonction peut s’améliorer grâce à la compensation. Cela est possible aussi parce que le cerveau apprend à utiliser d’autres sens (entrées visuelle et somatosensorielle) venant se substituer au système vestibulaire déficient. Pour beaucoup, la compensation se produit naturellement avec le temps, mais pour les patients dont les symptômes ne diminuent pas et qui continuent à avoir des difficultés à reprendre leurs activités quotidiennes, la RV peut aider à la récupération fonctionnelle en favorisant la compensation.

L’objectif de la RV est d’utiliser une approche orientée vers les troubles pour favoriser la compensation. On y parvient en personnalisant les exercices afin de traiter le ou les problèmes spécifiques de chaque individu. Par conséquent, avant de pouvoir concevoir un protocole d’exercices, un examen clinique complet est nécessaire pour identifier les problèmes liés au trouble vestibulaire. En fonction du ou des problèmes liés aux troubles vestibulaires identifiés, trois principales méthodes d’exercices peuvent être prescrites : 1) l’habituation, 2) la stabilisation du regard et/ou 3) l’entraînement à l’équilibre. 4

Habituation

L’exercice d’habituation est utilisé pour traiter les symptômes de vertiges produits par l’automouvement3 et/ou produits par des stimuli visuels. L’exercice d’accoutumance est indiqué pour les patients qui signalent une augmentation des vertiges lorsqu’ils se déplacent, en particulier lorsqu’ils font des mouvements rapides de la tête, ou lorsqu’ils changent de position, par exemple lorsqu’ils se penchent ou regardent au-dessus de leur tête. L’exercice d’accoutumance est également approprié pour les patients qui signalent une augmentation des vertiges dans des environnements visuellement stimulants, comme les centres commerciaux et les épiceries, lorsqu’ils regardent des films d’action ou la télévision, et/ou lorsqu’ils marchent sur des tapis à motifs ou des sols brillants. L’objectif des exercices d’accoutumance est de réduire les vertiges par une exposition répétée à des mouvements spécifiques ou à des stimuli visuels reproduisant les vertiges des patients. Ces exercices sont conçus pour provoquer légèrement, ou tout au plus modérément, les symptômes d’étourdissement des patients. Au fil du temps, avec une bonne observance et de la persévérance, l’intensité des vertiges peut diminuer car le cerveau apprend à ignorer le signal anormal.

Stabilisation

Les exercices de stabilisation du regard sont utilisés pour améliorer le contrôle des mouvements oculaires afin que la vision soit stabilisée pendant les mouvements de la tête. Ces exercices conviennent aux patients qui signalent des problèmes de vision claire parce que leur univers visuel semble rebondir ou sauter, par exemple lorsqu’ils lisent ou lorsqu’ils essaient d’identifier des objets dans l’environnement, surtout lorsqu’ils se déplacent.  Il existe deux types d’exercices pour les yeux et la tête utilisés pour promouvoir la stabilité du regard. Le choix du ou des exercices à utiliser dépend du type de trouble vestibulaire et de l’importance du trouble.  

Un exemple :

A woman first tracks a fixed point while turning her head side to side, and then tracks a moving target while turning her head side to side.

Image de Karen Ilari, © VeDA

Les exercices d’entraînement de l’équilibre

Les exercices d’entraînement de l’équilibre sont utilisés pour améliorer la stabilité de la personne afin qu’elle puisse mener à bien ses activités quotidiennes (soins personnels, travail et loisirs). Les exercices utilisés pour améliorer l’équilibre doivent être conçus pour traiter le ou les problèmes d’équilibre sous-jacents spécifiques de chaque patient. 7 En outre, pour favoriser les changements d’équilibre, les exercices doivent être modérément difficiles, mais suffisamment sûrs pour que les patients ne tombent pas en les faisant. 

De plus, les exercices d’équilibre doivent être conçus en réduisant les obstacles environnementaux et le risque de chute. Par exemple, les exercices doivent aider à améliorer la capacité des patients à marcher à l’extérieur sur un sol irrégulier ou à marcher dans l’obscurité.  

Pour les patients atteints de vertige positionnel paroxystique bénin (VPPB), les méthodes d’exercice décrites ci-dessus ne sont pas appropriées à ce trouble vestibulaire.  L’évaluation permet d’identifier le type de VPPB et, selon le type, différentes manœuvres de repositionnement peuvent être effectuées pour aider à résoudre le vertige généré parles changements de position. 8, 9  

Que doivent attendre les patients de la rééducation vestibulaire ?

La RV est généralement effectuée en ambulatoire, bien que dans certains cas, le traitement puisse être initié à l’hôpital. Les patients sont suivis par un kinésithérapeute ou un ergothérapeute agréé ayant suivi une formation postuniversitaire avancée.  

La RV commence par une évaluation clinique complète qui doit inclure la collecte d’une histoire détaillée des symptômes et de la façon dont ces symptômes affectent les activités quotidiennes. Le thérapeute documentera le type et l’intensité des symptômes et discutera des circonstances qui les ont déclenchés. Il recueille également des informations sur les médicaments, les problèmes d’audition ou de vision, les autres problèmes médicaux, les antécédents de chutes, le niveau d’activité antérieur et actuel, et les conditions de vie. L’évaluation comprend également la réalisation de différents tests afin d’évaluer plus objectivement les problèmes. Le thérapeute examinera les systèmes visuel et vestibulaire à l’aide de divers tests qui permettent d’observer dans quelle mesure les mouvements des yeux, les mouvements du corps et l’équilibre sont contrôlés par ces systèmes. L’examen peut également comprendre des tests portant sur : l’entrée sensitive (qui comprend la collecte d’informations sur la douleur), la force musculaire, l’amplitude des mouvements des extrémités et de la colonne vertébrale, la coordination et la posture. 

Un programme d’exercices personnalisé est élaboré à partir des conclusions de l’évaluation clinique, des résultats des tests de laboratoire et des examens d’imagerie qui ont pu être effectués, et des commentaires des patients sur leurs objectifs de réadaptation. Une partie importante de la RV consiste à établir un programme d’exercices pouvant être effectué régulièrement à domicile. La bonne realisation du programme d’exercices à domicile est essentielle afin d’atteindre les objectifs du programme de réadaptation comme ceux souhaités par le patient.

En plus de la prescription et de la progression des exercices, l’éducation des patients et des soignants fait partie intégrante de la RV. L’éducation du patient est importante parce qu’elle enlève une grande partie du mystère de ce qu’ils vivent, ce qui peut aider à réduire toute le phénomène anxieux généré par le trouble vestibulaire, elle permet de rassurer le patient face à l’aspect inconnu de ce vécu vertigineux.

Les exercices de rééducation vestibulaire sont-ils difficiles à réaliser ?

Les exercices ne sont pas difficiles à apprendre, mais cela ne veut pas dire qu’ils sont faciles à faire ! 

Les exercices peuvent parfois être fastidieux, mais s’engager à les faire est la clé de la réussite. Il est très important de mettre en place un programme régulier afin de les intégrer dans votre journée.

Les exercices peuvent, au début, aggraver vos symptômes. Mais avec le temps et un travail régulier, vos symptômes devraient s’améliorer régulièrement, et vous constaterez alors que vous êtes capable de participer davantage aux activités de votre vie quotidienne. 

Facteurs pouvant avoir un impact sur le rétablissement

Lorsque les patients participent à une RV, différents facteurs peuvent avoir un impact sur le potentiel de récupération. Par exemple, le type de trouble vestibulaire affecte la récupération. Les patients qui présentent un trouble vestibulaire stable, comme une névrite vestibulaire ou une labyrinthite, ont les meilleures chances de voir leurs symptômes disparaître de manière satisfaisante. Lorsque les patients souffrent d’un trouble vestibulaire progressif, comme dans le cas de la sclérose en plaques, ou d’un état fluctuant, comme dans le cas de la migraine et de la maladie de Ménière, qui provoque des crises spontanées d’étourdissement ou de vertige, la compensation peut être difficile à obtenir, et par conséquent, la réussite de la RV est plus aléatoire.  Il y a aussi des différences dans le résultat de la a RV selon que vous avez une ou deux oreilles internes impliquées, ou que le problème se situe dans les zones vestibulaires cérébrales plutôt que dans l’oreille ou les oreilles.

Des rechutes symptomatiques peuvent parfois survenir lorsque le cerveau décompense. Cela peut être dû à différents facteurs de stress émotionnels et/ou physiques, comme des conflits personnelles ou professionnelles, des périodes d’inactivité, un mauvais rhume ou une grippe, une fatigue extrême ou un trouble du sommeil chronique, des changements de médicaments ou parfois une intervention chirurgicale. 3 Bien qu’il soit important pour les patients de consulter leur médecin pour s’assurer que rien de nouveau ne s’est produit, le fait de reprendre les exercices qui ont favorisé la compensation initiale peut aider à favoriser à nouveau la récupération.  En outre, la récupération après une décompensation se produit généralement plus rapidement que la compensation initiale.   

Où puis-je trouver un spécialiste de la rééducation vestibulaire ?

La Vestibular Disorders Association (VeDA) propose un répertoire de professionnels de la santé spécialement formés pour évaluer et traiter les troubles vestibulaires. Ce répertoire en ligne offre aux utilisateurs la possibilité de rechercher des prestataires en fonction de leur spécialité et de leur situation géographique. Pour trouver ce répertoire en ligne, visitez vestibular.org/healthcare-directory.

Par Lisa Farrell, PT, PhD, AT,C ; Faculté clinique, Département de physiothérapie, Nova Southeastern University, Fort Lauderdale, Floride

©2015 Association des troubles vestibulaires

Les publications de VeDA sont protégées par des droits d’auteur. Pour plus d’informations, consultez notre guide des autorisations sur vestibular.org. Ce document n’est pas destiné à remplacer les soins de santé professionnels.

View References
1

McDonnell MN, Hillier SL. Réhabilitation vestibulaire pour une dysfonction vestibulaire périphérique unilatérale. Base de données Cochrane des revues systématiques 2015, numéro 1. Art. No. : CD005397. DOI: 10.1002/14651858.CD005397.pub4.

2

Herdman SJ. La rééducation vestibulaire. Curr Opin Neurol ; 2013:26:96-101.

3

Shepard NT, Telian SA. Programmatic vestibular rehabilitation. Otolaryngol Head Neck Surg ; 1995 : 112(1):173-182.

4

Herdman SJ, Clendaniel RA. eds. Vestibular Rehabilitation. 4th ed. Philadelphie : F.A. Davis Co. ; 2014.

5

Pavlou M, Lingeswaran A, Davies RA, Gresty MA, Bronstein AM. Simulator based rehabilitation in refractory dizziness. J Neurol ; 2004:251:983-995.

6

Pavlou M, Quinn C, Murray K, Spyridakou C, Faldon M, Bronstein AM. The effect of repeated visual motion stimuli on visual dependence and postural control in normal subjects. Gait & Posture. 2011 ; 33:113-118.

7

Horak FB. Orinetation posturale et équilibre : que devons-nous savoir sur le contrôle neuronal de l’équilibre pour prévenir les chutes ?

8

Bhattacharyya N, Baugh RF, Orvidas L, Barrs D, Bronston LJ, Cass S, Chalian AA, Desmond AL, Earll JM, Fife TD, Fuller DC, Judge JO, Mann NR, Rosenfeld RM, Schuring LT, Steiner RW, Whitne SL, Haidari J. Clinical practice guideline : Benign paroxysmal positional vertigo. Otolaryngology-Head and Neck Surgery ; 2008 : 139 : S47-S81. 

9

Fife TD, Iversnon DJ, Lempert T, Furman JM, Baloh RW, Tusa RJ, Hain TC, Herdman S, Morrow MJ, Gronseth GS. Practice parameter : Therapies for benign paroxysmal positional vertigo (an evidence-based review). Rapport du sous-comité des normes de qualité de l’Académie américaine de neurologie. Neurologie ; 2008 : 70(22) : 2067-2074.

10

Vitkovic J, Winoto A, Rance G, Dowell R, Paine M. Résultats de la rééducation vestibulaire chez les patients avec et sans migraine vestibulaire. J Neurol ; 2013:260:3039-3048.

11

Whitney SL, Wrisley DM, Brown KE, Furman JM. Physical therapy for migraine-related vestibulopathy and vestibular dysfunction with history of migraine. The Laryngoscope ; 2000:110:1528-1534.

12

Clendaniel RA, Tucci DL. Stratégies de réhabilitation vestibulaire dans la maladie de Ménière. Otolaryngol Clin N Am ; 1997 : 30(6):1145-1158.

13

Gotshall KR, Topp SG, Hoffer ME. Réhabilitation précoce par kinésithérapie vestibulaire pour la maladie de Ménière. Otolaryngol Clin N Am ; 2010:43(5):1113-1119.

14

Krebs DE, Gill-Body KM, Riley PO, Parker SW. Double-blind, placebo-controlled trial of rehabilitation for bilateral vestibular hypofunction : preliminary report. Otolaryngol Head Neck Surg ; 1993:109:735-741.

15

Herdman SJ, Hall CD, Schubert MC, Das VE, Tusa RJ. Récupération de l’acuité visuelle dynamique en cas d’hypofonction vestibulaire bilatérale. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2007;133:383-389.

16

Stubbs B, Schofield P, Binnekade T, Patchay S, Sepehry A, Eggemont L. La douleur est associée aux chutes récurrentes chez les personnes âgées vivant dans la communauté : preuves issues d’une revue systématique et d’une méta-analyse. Pain Med ; 2014:15:1115-1128.

17

Tinetti ME, Kumar C. The patient who falls-“it’s always a trade off”. JAMA ; 2010:303(3):258-266.

18

Johannsson M, Akerlund D, Larsen HC, Andersson G. Randomized controlled trial of vestibular rehabilitation combined with cognitive-behavioral therapy for dizziness in older people. Otolaryngol Head Neck Surg ; 2001:125:151-156.

19

Staab JP. Vertiges subjectifs chroniques. Continuum Lifelong Learning Neurol;012:18(5):1118-1141.